LA SCHIZOPHRÉNIE SE TRAITE

Les traitements de la schizophrénie ont beaucoup évolué au cours des dernières années de sorte que les personnes atteintes de cette maladie peuvent espérer une vie satisfaisante et relever différents défis. L’intervention précoce, l’évolution de la médication et des programmes de réadaptation contribuent à préserver les capacités fonctionnelles de la personne atteinte et éviter une aggravation des symptômes ou de la maladie elle-même.

Malgré leur besoin urgent d’aide, plusieurs personnes souffrantes refusent de collaborer parce qu’ils craignent d’être rejetés, stigmatisés et qu’ils souffrent d’un manque d’autocritique, un symptôme inhérent à la maladie qui les empêche de reconnaître qu’ils sont malades.

L’établissement d’une alliance entre la personne et son équipe traitante est essentiel, mais peut prendre du temps. Il est important que les intervenants démontrent de la souplesse sur le plan de l’approche et demeurent à l’écoute des besoins du client.

L'approche bio-psycho-sociale

Basée sur des principes indissociables, l’approche bio-psycho-sociale dans le traitement de la schizophrénie comporte diverses modalités thérapeutiques. Combinées, ces modalités permettent à la personne atteinte non seulement de redevenir fonctionnelle, mais également de retrouver une vie gratifiante et valorisante, tant sur le plan personnel que sur le plan social.

LES MODALITÉS DE L'APPROCHE BIO-PSYCHO-SOCIALE

  • La prise de médication antipsychotique, un élément majeur ;

  • Les thérapies psychologiques et sociales. Par exemple, les thérapies cognitives ou l’approche psychoéducative qui comportent, entre autres, de l’information sur la maladie, la gestion des symptômes, de la médication et des rechutes ;

  • La réadaptation sociale dans le but de développer ou de préserver des habiletés et des capacités ;

  • La réinsertion sociale, par exemple, les programmes d’insertion au travail et aux études.

Une intervention précoce est le meilleur moyen de se rétablir

Le dépistage précoce de la maladie, accompagné d’un traitement adéquat, favorise un meilleur pronostic. La période de 2 à 5 ans suivant une première psychose est déterminante dans l’évolution de la maladie. Pendant cet intervalle, il est primordial d’avoir recours à un service de réadaptation intensif, souvent offert par des cliniques spécialisées (par exemple, les cliniques des premiers épisodes psychotiques) ou des organismes de soutien.

Le traitement précoce permet de :

  • Diminuer la gravité de la maladie ;

  • Maximiser la qualité de vie des personnes atteintes et de leurs proches ;

  • Éviter l’autostigmatisation, la dévalorisation ou la culpabilité; maintenir l’espoir ;

  • Éviter une interruption prolongée des activités scolaires, professionnelles ou autres ;

  • Instaurer une relation de confiance avec l’équipe de soins et réduire les appels à des recours légaux ;

  • Raccourcir la durée des traitements ;

  • Réduire les risques de problèmes judiciaires, de consommation de drogues, de dépression et de suicide.

Les droits en regard des soins prodigués

Voici quelques notions de droits afin de répondre à certaines de vos préoccupations à cet égard. 

 

Nous avons répondu à votre besoin ?

N'hésitez pas à donner !

Faire un don

Inscription à l’infolettre

Restez informé(e) de nos nouvelles et prochains événements